LE TEST ULTIME QUE TU LIRAS JAMAIS AILLEURS QU’ICI

Ou l’histoire d’une madeleine de Proust devenue un peu trop amer

Ce n’est plus un secret pour personne, et même pour moi, plus la peine de me voiler la face : j’adore l’univers de Pokémon. C’est donc en bon consommateur que je me suis procuré le dernier jeu sorti en date sur la console Switch : Pokémon Let’s Go Pikachu. Un remake de la toute première génération de jeu Pokémon donc, qui apporte ici et là quelques nouveautés qui feront la gloire des prochains jeux. Il n’y a pas à dire, le jeu m’a fait l’effet telle la fameuse madeleine de ce bon vieux Marcel, du moins pour les premières bouchées.

Et environs 30 heures de jeu plus tard…

Revenons d’abord sur les promesses du jeu en lui-même. Ce remake de la toute première génération a bénéficié d’un lifting graphique et intégral. Le jeu m’a littéralement bluffé tant il réussit à recréer les souvenirs que j’avais de mon jeu sur GameBoy tout en mixant ces nouveaux graphismes. J’avais l’impression de revenir à l’époque de mon collège quand le phénomène Pokémon commençait à prendre l’ampleur qu’on lui connait aujourd’hui. Une parfaite réussite sur ce plan.

Résultat de recherche d'images pour "pokémon let's go pikachu capture"
Plan … Plan … Vous avez ce jeu de mot là ?

L’histoire, la trame et les 151 Pokémon sont bien présents et rien n’a changé de ce côté. Ah si, peut être, l’arrivée de Meltan, créé pour l’occasion de la sortie du jeu et en même temps sur l’application Pokémon Go sur smartphone.

Ensuite, ce nouvel opus laisse la place à de nouveaux concepts qui d’abord m’ont un peu dérouté puis complètement séduit. Par exemple, plus question de se battre contre les Pokémon sauvages : il faut tout simplement essayer de les attraper ! Certains Pokémon bougent beaucoup et d’autres vont me donner du fil à retordre tant l’idée de passer du temps dans mon Hyperball semble les effrayer.

Résultat de recherche d'images pour "pokémon let's go pikachu capture"
Plus la peine de tabasser les Pokémon pour essayer de les attraper, maintenant il faut essayer de faire des lancés de Pokéball liftés

Les Pokémon apparaissent d’ailleurs à l’état sauvage sur notre écran, jouant et courant dans les hautes herbes. Fini le temps où l’on marchait au hasard des rencontres aléatoires – il suffit de rattraper notre future victime pour essayer de le capturer ! Et franchement j’ai trouvé ce concept très cool !

Résultat de recherche d'images pour "pokémon let's go pikachu wild pokemon"
Les Pokémon à l’état sauvage apparaissent dans les hautes herbes et bougent beaucoup.

Le système d’expérience aussi a changé : on gagne de l’expérience après avoir attrapé un Pokémon sauvage donc (et plus ou moins en fonction des bonus ou des malus qu’on obtient au cours de la capture) et après avoir battu les Pokémon des adversaires, comme toujours. Cependant, l’expérience est donnée à tous les Pokémon de l’équipe, ce qui fait que tous les Pokémon grandissent en même temps.

Résultat de recherche d'images pour "pokémon let's go pikachu experience"
Et BAM 5000 points d’expérience, ça fait plaisir !

Alors au début, j’étais un peu gêné par cela, mais au fur et à mesure, je me suis dit que c’était une super idée puisque ça permettait, à moindre frais (de temps) d’essayer de nouvelles combinaisons de Pokémon et même de faire des trucs un peu débiles (comme avoir une armée de Magikarp lol). Dans le sens où ça permettrait de développer des stratégies de jeu originale, j’appuie cette idée géniale (dommage qu’en pratique, ça soit une toute autre histoire).

Résultat de recherche d'images pour "pokémon let's go pikachu experience"

La bande son a été remasterisé aussi, pour le plaisir de nos oreilles, flattant aussi au passage notre cortex hippocampique, siège de notre mémoire, qui se rappellera sans la moindre hésitation les mélodies qui accompagnaient notre voyage initiatique pour devenir maître Pokémon. Même la musique de Lavanville devient belle et mélodieuse, quel tour de force !

Sans transition, voici une transition !

Un remake dont tout à fait réussi, si du moins je m’étais contenté de cela. Pour ma part, je trouve que ce jeu souffre d’un cruel manque de courage et d’une équipe de développement aux fraises. Pour resituer le contexte, on parle d’un jeu sorti deux ans après le magnifique Zelda Breath of the Wild, sur la même console. On s’attend alors en avoir pour notre argent, quand même.

Résultat de recherche d'images pour "zelda botw"
Plus de deux ans après sa sortie, Zelda BOTW est une claque en terme de graphisme, gameplay, jouabilité et renouvellement de la licence, à l’opposé de Pokémon Let’s Go.

Pokémon Let’s Go est un jeu fainéant créé par des fainéants pour des joueurs fainéants

Donc, comme je le disais juste avant, quand on connait les capacités de la Switch et des studios aux renommées internationales, comme ceux qui ont fait le succès de la licence Zelda ou encore celle de Pokémon, on s’attend quand même à prendre une claque visuelle tant sur les animations de combats, les décors de combat et le reste. BAH NON ! Les combats sont chiants à mourir, les animations d’attaques sont très génériques, les effets d’impacts ou d’attaques spéciales inexistants…

COMBATTRE, C’EST PAS COMME SI C’ÉTAIT LE TRUC QUE TU FAISAIS LE PLUS DANS POKEMON !

D’où ma précédente formule : avec un peu de travail, il aurait été aisé d’implanter des effets de combats beaucoup plus réalistes… Mais non, il fallait sortir le jeu vite, très vite.

Résultat de recherche d'images pour "battle pokemon gif let's go"
Pas très impressionnant pour un jeu Switch… On faisait déjà la même chose sur Pokémon Stadium de la Nintendo 64.

Et sinon concernant le Parc Safari ? Ce fameux parc que j’étais content de retrouver pour voir comment il aurait évolué s’est métamorphosé en grosse larve dégueulasse où le seul but consiste à y attraper les Pokémon que vous aurez envoyé de Pokémon Go sur smartphone. C’EST TOUT. Circulez y’a rien à voir.

Pikachu et Evoli, les star surcotées de ce jeu

Pourquoi des joueurs fainéants alors ? Pour l’allégorie du mot “facile” quand il s’agit de parler de Pokémon Let’s Go. Personnellement, j’ai terminé le jeu avec le Pokémon du départ, Pikachu pour moi. Vous allez me dire que Pokémon a toujours été un jeu d’une simplicité extrême… Ouais mais alors là, ils ont encore réussi à rendre le jeu complètement faisable de la main gauche :

  • Outre l’expérience que tous les Pokémon gagnent en même temps (voir plus haut) ;
  • Outre le fait que les dresseurs que l’on croise ont des Pokémon avec 10, 20 parfois 30 niveau de retard sur les vôtres ;
  • Outre le fait que t’es le seul à toujours trainer 6 Pokémon sur toi alors que les autres tentent de te battre avec 2 ou 3 Pokémon …

Et bien, outre tout ces éléments, sachez que maintenant, Pikachu (ou Evoli pour l’autre version) est capable d’apprendre des attaques complètement abusées et de types variées, normalement inexistantes dans les autres jeu. Pikachu est donc capable d’apprendre des compétences de type combat, de vol et d’eau, le rendant pratiquement invincible contre n’importe quel type en face de lui. Encore pire pour Evoli.

Résultat de recherche d'images pour "attaque spéciale pokemon pikachu let's go"
L’attaque Pika-piqué, qui sera efficace contre tous les Pokémon de type combat, plante et insecte.

Alors, comme je le disais un peu avant, l’idée de pouvoir monter une équipe originale en combat est vite retombée tel un soufflet de 14 juillet : dans Pokémon Let’s Go, ce n’est pas la peine de développer de stratégie, on avance tel un zombie jusqu’à la Ligue Pokémon, d’une seule main en plus et avec un seul Pokémon. Le reste est là pour faire de la figuration.

Et, parce que c’est pas fini, Pikachu est capable de se soigner tout seul des altérations de combat qu’il peut recevoir : plusieurs fois, il a été empoisonné et plusieurs fois il s’est “soigné” tout seul comme par magie, parce que “faudrait pas rendre ce jeu trop compliqué hein, les antidotes c’est pour faire joli dans le sac”.

Du grand n’importe quoi.

Jouabilité ? Vous avez dit jouabilité ?

Les phases d’exploration sont de commune mesure tout à fait jouable et la prise en main dans ce monde faussement en 3D (allez disons en 2D 1/2) est facile (tiens, encore facile). Par contre, là où j’ai trouvé l’expérience de Pokémon GO (le jeu sur smartphone) assez immersive (quoi qu’un poil répétitif) et agréable pour attraper les Pokémon, je soupçonne les développeurs de Pokémon Let’s GO d’avoir voulu faire souffrir les joueurs et d’avoir codé ce nouveau concept avec leur cul.

L’expérience de gameplay ne sera déjà pas la même que vous jouiez depuis votre console en mode portable ou que vous décidiez de les manier telle une manette dans vos mains. Pour chaque appareil, vous devrez réapprendre à bien mesurer la force et l’angle de tir de vos Pokéball…

Mais ce n’est pas tout ! Toucher un Pokémon (qui bouge) avec une Pokéball, c’est une chose, réussir à le capturer en est une autre! Comme trouvé sur ce forum légendaire, il m’est arrivé régulièrement d’avoir des Pokémon qui s’enfuyaient alors que je faisais le lancé de ma vie, et d’autres qui restaient bien tranquillement au fond alors que je ratais le Pokémon mais que je touchais quand même une hitbox invisible… Vraiment frustrant.

Ca s’enjaille sur le forum 12-25 de JVC.com

Et c’est pas fini dans la mascarade de la jouabilité de Pokémon Let’s Go. Ces gros fainéants de développeurs n’ont pas pris la peine de rendre leur jeu compatible avec la manette de Switch Pro ni les manettes de Gamecube. Obligé de jouer avec les joycon ou la console en mode portable. Bah, oui, pourquoi se prendre la tête…

Et le clou du spectacle, impossible de terminer à 100% le jeu à moins de…

… claquer plus de 45 € dans une “Pokéball Plus”, une nouvelle “manette” de jeu en forme de Pokéball. Et attention, Nintendo à fait fort dans la dégueulasserie marketing parce qu’il est impossible d’obtenir Mew, le 151e Pokémon du jeu sans acheter cette boule de plastique minable. IM-PO-SSI-BLE ! (Sauf si on réalise un crack de sa console, mais merci et voilà l’image que ça renvoie…).

Résultat de recherche d'images pour "pokeball plus"
“Donne moi 45€ et je te donnerais Mew en échange parce qu’en vrai tu m’utiliseras jamais et je prendrais la poussière dans ton étagère lol”

Pour moi c’est vraiment une atteinte à la déontologie de la profession et au respect des joueurs. La honte totale pour une firme qui se porte pourtant bien et qui devrait considérer ses joueurs comme des personnes et non comme des porte monnaie.

Les points bonus et les points malus !

Avant de conclure cette review sur Pokémon Let’s Go, voici quelques notes bonus / malus (sur 5) pour cet énième opus :

  • 4,5 points pour le côté madeleine de Proust, j’ai aimé revivre certain moments
  • 0 point pour le Mew obtenable seulement en déboursant 45€ supplémentaires
  • 4 points pour l’attaque Pika-Piké qui m’a fait beaucoup rire
  • 4 points pour l’animation de Pikachu qui saute de votre épaule pour aller combatre
  • 1 point pour la facilité du jeu…

Ce qui nous fait une note moyenne d’environ 2,5 sur 5 pour les points dans la rubrique “divers”.

Conclusion

Si l’on retire le côté nostalgie et stimulation de la mémoire affective, que reste t-il de Pokémon Let’s Go ? Il ne me reste qu’un jeu fade, que je ne voulais pas quitter de peur de ne plus jamais y retourner. Un jeu avec que de trop rares bonnes idées, mais sans ambition et qui surfe encore sur l’aura du phénomène Pokémon, qui finira bien par s’estomper de lui-même si les directeurs du projet ne prennent pas les joueurs avec plus de considération. Ils peuvent toujours demander de l’aide à l’équipe de Zelda Breath of the Wild s’ils cherchent de l’inspiration.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire...
Merci d'entrer votre pseudo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.